AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fraude immatérielle {Pv Léandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nobody R. Chacon
    Nobody is Perfect.
    My name is Nobody.

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 03/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: © Nemesis & Junebug
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Fraude immatérielle {Pv Léandre   Mer 24 Aoû - 18:21

Nobody inspira profondément. Son pouvoir, de nouveau défaillant, lui faisait peur. Les mains posées à plat sur le mur rocailleux de la chambre de Tobias, elle se concentra pour les voir lentement disparaître et pénétrer dans la roche. Un sourire de victoire se peignit sur ses lèvres toujours visibles. Son corps semblait s’arrêter aux poignets.
Plusieurs fois, elle avait demandé au chef des Résistants l’autorisation de voir Léandre. Ses requêtes avaient toutes été refusées. Aussi, si la jeune femme ne pouvait accéder au Partisan par la voie polie et diplomate, emploierait-elle la ruse. Elle s’était furtivement glissée dans la chambre de Tobias, concubine à celle de leur prisonnier pour passer à travers le mur.
Riche idée d’avoir avoué à sa sœur ses problèmes d’invisibilité. Edelweiss l’avait répété à Tobias, qui n’avait donc pas pensé au fait qu’elle pourrait employer ce moyen.

D’ailleurs, leur Chef ne comprenait pas pourquoi Nobody désirait à ce point voir Léandre. Visiblement, l’excuse « il m’a sauvé la vie! » ne marchait pas. Mais c’était en réalité pour cela qu’elle s’inquiétait de la santé de l’homme qui l’avait tirée des griffes de la Tour. Et parce que tous les deux, ils s’étaient croisés à maintes reprises, s’entraidant alors que c’était interdit, s’appréciant - en tout cas, Nobody appréciait Léandre, le considérait presque comme un ami - alors que c’était prohibé.
Tobias décrétait qu’il était trop dangereux pour qu’elle le voie, et la petite Rebelle ne supportait pas cela. Le fait qu’elle avait été emprisonnée à la Tour lui avait ôté toute sa crédibilité. « Pas assez forte, trop faible », entendait-elle sur son passage. Cela la mettait en rogne.
Nobody ignorait ce qu’elle allait trouver de l’autre coté du mur. Un Léandre avachi, malade, blessé, qui n’avait pas reçu de soins, qui n’avait pas été nourri? Cela faisait trois semaines, déjà, qu’ils étaient rentrés. Beaucoup de Rebelles exigeaient sa mort, bien que la plupart savaient qu’il avait sauvé la jeune Chacon. Ils s’en fichaient. Une des leurs avait été ramenée, si ce n’est saine, sauve à la Base, et pourtant, ils demandaient la mort de celui qui avait risqué sa vie pour elle. Si Edelweiss était bien reconnue chez les Rebelles, et admirée, presque crainte, Nobody, elle, n’était rien…

Chassant ses pensées de son esprit, elle rendit tout son corps invisible et immatériel. Prenant une longue inspiration, la jeune femme traversa le mur, avec cette peur sourde d’y rester coincée. Une fois de l’autre coté, elle garda son pouvoir activé, le temps d’observer quelque peu.
La chambre/prison de Léandre était plus petite que la sienne. Il y avait deux lampes à pétrole, quelques livres éparpillés partout, une chaise et une armoire minuscule qui laissait entrevoir quelques vêtements.
Léandre était assis sur son lit, un livre à la main, mais ses yeux restaient fixes. Ses blessures semblaient avoir guéri plus vite que celles de Nobody.
Le jeune homme ne donnait pas l’impression d’être sous-alimenté. D’ailleurs, une carafe à moitié vide d’eau se tenait sur la table de nuit, et Chacon ne douta alors plus de Tobias: ce dernier l’avait nourri, et, au vu de la peau propre de Léandre, l’avait même laissé se laver. Elle fut rassuré de voir qu’il ne semblait pas du tout mal traité, juste enfermé.

Noob s’assit sur l’unique chaise de la chambre, rabattant ses manches sur ses poignets pour cacher les affreuses cicatrices de ses bras, et surtout le « physiologique » tatoué à l’encre rouge à l’intérieur de son poignet gauche. L’Œuvre des Partisans.
Relâchant doucement sa respiration, Nobody se détendit, laissant son pouvoir, faute d’effort, s’arrêter. Elle apparut à Léandre, mais plaça un doigt sur ses propres lèvres pour lui signaler de parler doucement. Les murs étaient épais, mais la porte de bois, elle, non, et deux gardiens étaient plantés devant. Elle-même chuchota pour discuter.

- Salut… tu vas bien?

Nobody avait gommé toute trace d’inquiétude dans sa voix, posait juste la question en le fixant d’un air insistant. Même si elle savait que le visage de Léandre était impénétrable, elle pouvait toujours essayer de discerner le mensonge de la vérité…


~~~~~~~~~~~~~
. . .

NOBODY BREAKS MY HEART. I'LL BREAK YOURS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-war.forumactif.ws
Léandre Prince

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 09/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: Chess
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: Fraude immatérielle {Pv Léandre   Ven 26 Aoû - 19:28

// Léandre réprima un large baillement alors qu'il se réveillait, une fois de plus, dans sa chambre d'hôtel comme il se plaisait à l'appeler. APrès tout, il était nourri, logé, blanchi, soigné tout ça pour... rien ! c'était le grand luxe ! Mais trêve de plaisanterie, le Prince n'avait jamais supporté les lieux clos, préférant courir sur les toits, sentir l'air frais dans ses cheveux noirs et ses muscles soumis à rude épreuve après l'ascension délicate d'une tour presque sans prises... ce qui lui était actuellement impossible. Il ne savait même pas depuis combien de temps il était ici, les jours, les nuits s'étant mélangés dans son esprit. D'ailleurs, il n'avait vu presque personne depuis son arrivée et encore moins son seul point de repère: Kayla.

Léandre considéra qu'on était le matin, remit un peu d'ordre dans son lit et entreprit les exercices qu'il s'imposait avec rigueur depuis qu'il avait pu se lever. Quelques cinquante pompes et tout autant d'abdos plus tard, Léandre, en sueur, s'aspergeait le visage d'eau froide trouvé dans un seau qu'un par... résistant venait de lui apporter. Oui, s'il ne tenait pas compte du fait qu'il était retenu prisonnier, il était bien traité. Détendant ses muscles, Léandre s'assit en tailleur sur son lit, attrapant le livre qu'il était en train de dévorer. Car Tobias, le chef de la Résistance avait du trouver ça ironique de lui mettre à disposition des livres qui avaient été détruit à la montée au pouvoir de Dorian et ainsi, des livres contraire à l'éducation de Partisan que lui, Léandre, avait reçu. Et le pire, c'était que Léandre les dévorait littéralement. C'était juste... un nouvelle univers qui s'ouvrait à lui. Un gouffre sans fond de connaissance, d'imagination (chose totalement prohibée), de liberté, de valeur, de... résistance tout simplement ! Léandre perdait de plus en plus pied et le socle de valeurs qu'il s'était bâti auprès de Zain et de Dorian s'effritait plus le temps passait. Mais le Partisan, car il l'était, ne voulait pas donner satisfaction totale aux Résistants. C'était peut être une réaction enfantine, mais il refusait de paraître faible, de leur offrir une victoire totale, de piétiner son honneur, de sembler mouton, de... il y avait toutes sortes de raison. Léandre inspira longuement. Cela faisait bien vingt minutes qu'il n'avait pas lu une ligne. Le regard de Léandre dériva vers son poignet. Puis remonta le long de son bras droit, pâle, qui était marqué comme du bétail par un phi grec. Il l'aimait bien en fait ce phi... il signifiait qu'il était comme les autres, les autres Partisans. Qu'il fait partie de l'élite parmi ceux qui avaient un pouvoir. Il était... lui. Et exceptionnel. Léandre posa le livre, fit jouer un peu son pouvoir argenté dans sa main, le modulant en lame, revolver qui ne pouvait fonctionner (il n'en connaissait pas suffisamment les détails...), rose, mouton, avion... Léandre eut un petit sourire et regarda la couverture du livre qu'il lisait. Un dragon. Cet animal fabuleux qui pouvait cracher du feu. Avaient ils réellement existé ? Léandre en doutait mais après tout... on pouvait toujours rêver. Léandre inspira, ferma les yeux, et entreprit de visualiser le dragon et de le moduler dans l'argent liquide qui baignait au creux de sa main. Lorsque ses yeux onyx se posèrent sur sa création, Léandre eut un froncement de sourcils qui montra sa déception. Ca ? Cette masse informe ? Non, ce n'était pas le dragon du livre... il n'était pas assez doué, sûrement. Ou il manquait d'entraînement pour créer des choses qui ne servaient à rien. Ce devait surement être cela. Dépité, Léandre saisit de nouveau le livre et entreprit de chercher sa page. Lorsqu'il l'eut trouvé, au bout de quelques minutes tout de même, il s'aperçut qu'il n'avait pas avancé depuis la veille. A croire qu'il relisait inlassablement la même ligne voire le même mot. Qu'est ce qui le perturbait à ce point ? Les yeux dans le vide, Léandre entreprit de faire le résumé de sa vie. Il n'y avait pas grand chose... si on enlevait ses années de scolarité, il... Noob ? Que faisait elle là ? Léandre ouvrit la bouche pour le lui demander lorsqu'elle lui fit signe de se taire. Léandre se frappa mentalement pour sa bêtise. La porte en bois qu'il ne pouvait ouvrir sans être expédié au fond de sa chambre assez violemment (il parlait d'expérience) était fine... //

- Salut... tu vas bien ?

// Léandre eut un léger sourire crispé. Bien ? Comment pouvait il aller mal alors qu'il était dans une chambre chauffée, qu'il était nourri, habillé, propre... Alors qu'il avait retrouvé sa forme physique, une certaine paix intérieure (malgré quelques tremblements de terre)... Bien ? Oui, il pouvait dire qu'il allait bien, s'il arrivait à oublier qu'il était prisonnier, et que sûrement toute la population des souterrains voulait le voir mort pendu écartelé disséqué. Après tout, il était parfaitement conscient d'en avoir tué plusieurs des leurs, et d'avoir participé au meurtre de tant d'autres ! Dans un soupir las, qui sonnait étrangement sur son visage habituellement impénétrable, Léandre murmura: //

- Ca pourrait être pire. J'ai presque tout ce qu'il me faut. Il me manque juste une patrie, un abri, un refuge... un chez moi. Mais je doute que ce soit possible un jour... Tu pourras me prévenir lorsqu'ils auront décidé de me tuer ?

// Léandre avait balancé ça, sans préparation, mais il était serein... et peut être un peu désabusé. Après tout, chez les Partisans, il aurait fini par être tué. Et il n'était plus question d'y retourner. Il avait tout perdu en sauvant Nobody dans ce qu'il considérait encore comme un geste de folie. Et trouver un asile chez les Résistants était tout à fait une utopie. En bref, on pouvait presque dire que Léandre était apatride, et c’était cela qui lui faisait le plus mal. Même s’il ne le montrait que peu en présence d’autres êtres humains, Léandre avait un cœur, et ce cœur avait souffert récemment. D’ailleurs, et il s’en apercevait à l’instant, alors qu’il n’était que bloc de glace devant Tobias, il venait de se dévoiler presque entièrement à Nobody et, pire que cela, il l’acceptait sans mal. Sans mal du tout. Etait ce cela qu’avoir une amie, une amie comme dans les livres qu’il lisait ? Ses doigts lâchèrent le livre et se mirent à jouer avec une bille d’argent qu’il venait de créer. //



~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nobody R. Chacon
    Nobody is Perfect.
    My name is Nobody.

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 03/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: © Nemesis & Junebug
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: Fraude immatérielle {Pv Léandre   Ven 26 Aoû - 21:30

Nobody eut un mouvement d’humeur. Allons bon, croyait-il réellement que quelqu’un ici allait le tuer? Si Tobias était impitoyable à l’extérieur, tuer Léandre signifierait tuer de sang-froid, et, de part sa nature humaine, il se serait dégoûté lui-même en faisant cela. Certes, d’autres ici en seraient capables, mais Tobias était indubitablement le chef. Il n’autoriserait personne à commettre cet acte. De plus, la jeune femme en avait assez qu’on la considère encore comme une enfant. Elle allait avoir vingt ans, s’était fait torturer, avait échappé à la mort (certes pas toute seule, mais même), avait participé à plusieurs raids, avait prouvé sa valeur sur le champ de bataille. Cela méritait un peu d’attention, non?

- Ils ne te tueront pas… par égard pour moi… enfin, pour le geste que tu as fait envers moi, et surtout car ici, nous ne tuons pas de sang-froid.

Elle essaya de sourire, même si elle savait que si Tobias décidait que le Partisan n’était qu’une bouche inutile à nourrir, il le renverrait dehors. Et là… Noob se doutait que la mort attendait très certainement Léandre.
Silencieuse du fait de cette idée soudain, la rebelle leva les yeux, et son regard tomba sur un petit miroir accroché au mur. Son image la fit frissonner. Où était passé la jeune femme exubérante au grand sourire, habillée n’importe comment, au teint frais et aux yeux brillants? Son reflet lui présentait une femme totalement différente, au regard plus sombre et plus effrayé, à la peau pâle défigurée sur le côté gauche par la torture, plus maigre qu’avant si cela était possible. Et pour une fois, elle s’était habillée simplement, un jean et une chemise trop grande. Adieu ses éternelles chaussettes d’un exquis orange carottes, ses mitaines noires avec des trous qui n’étaient pas là au préalable, et qui montaient jusqu’à ses coudes, adieu son bandana rouge décoré de lézards noirs qu’elle mettait autour du cou comme un collier.
Oui, Nobody, par ses expériences récentes, avait grandi d’un coup. Et en effet, avant tout cela, peut-être n’était-elle encore qu’une gamine. Mais tout avait changé… et cela lui déplaisait.

- Il y a un espèce de conseil ce soir. Je ne sais pas s’ils t’ont emmené au réfectoire où s’ils t’ont apporté la nourriture, mais il se passe là-bas. Tobias place les tables comme la Table Ronde du Roi Arthur!

Nobody avait sourit en disant cette dernière phrase, avant de réaliser que Léandre ne connaissait peut-être pas les légendes arthuriennes, qui étaient les préférées de la plupart des rebelles. Et Tobias en particulier, qui se prenait presque pour ledit Arthur, et qui aimerait bien créer cette élite qu’étaient les chevaliers de la table ronde. Chacun ses rêves, comme on dit! Elle se promit d’apporter un livre de ce genre à Léandre la prochaine fois qu’elle viendrait.

- Ils vont parler de ton… euh… cas. J’y ai été invitée, pour une fois. Ce sera à moitié genre tribunal.

La Résistante fit une grimace. Une tribunal, ouais, où elle était la seule qui plaidait en faveur de Léandre. Mais elle avait des arguments bétons! Par quatre fois, ils s’étaient vus, et par quatre fois, il l’avait laissée en vie. Parce que oui, Nobody savait bien que si jamais il avait décidé de la tuer, elle n’aurait pas pu lui renvoyer l’ascenseur. Disparaître aurait été sa seule option. Même si tous deux n’avaient pas eu de pouvoirs, il était plus fort qu’elle.

- Tu as pu sortir, un peu?

Tobias ne l’avait sans doute pas emmené dehors, mais peut-être avaient-ils marché ensemble dans les couloirs rocheux des souterrains. Étant donné que c’était la première fois qu’ils avaient un prisonnier, Nobody ne savait pas vraiment comment cela se passait.


~~~~~~~~~~~~~
. . .

NOBODY BREAKS MY HEART. I'LL BREAK YOURS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-war.forumactif.ws
Léandre Prince

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 09/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: Chess
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: Fraude immatérielle {Pv Léandre   Jeu 1 Sep - 17:30

- Ils ne te tueront pas, par égard pour moi… enfin, pour le geste que tu as fait envers moi et surtout car ici, nous ne tuons pas de sang froid.

// Léandre eut un sourire navré et pendant un instant il se demanda si c’était correct entre « amis » et choisit finalement de s’en ficher éperdument puisque c’était à lui et non pas aux normes de décider ce qui était correct dans son amitié (ou du moins si on pouvait appeler ça comme ça) avec Nobody. Cette pensée lui tira un autre sourire, non plus navré mais rieur, puisque le fait de penser qu’il était ami avec Nobody, avec personne donc, était tout simplement… grotesque et assez comique. Mais ces pensées somme toute amusantes et logiques lui posaient aussi problème puisque… puisque ce n’était pas comme ça qu’on lui avait appris à réfléchir. Dans tous les cas, comme le lui avait souvent dit Zain, il ne s’agissait pas de savoir réagir en société mais de faire réagir la société qui était aux ordres de Dorian. Donc, de fils en aiguilles, les amis ne servaient à rien, les ennemis servaient à devenir meilleurs et le reste de la populace servait à satisfaire ses besoins les plus primaires comme le fait de se défouler après un après midi de frustration ou une mauvaise nouvelle. En aucun cas il n’y était question, dans ce monde idyllique peint par Zain et dont Léandre avait fait son credo, d’amitié ni encore moins de Nobody ou d’autres Rebelles ridicules qui ne pensaient qu’à eux en… Léandre secoua la tête. Il ne devait plus penser en Partisan, même s’il ne savait plus trop ou il se situait dans la guerre entre les Partisans et les Rebelles. Après tout, il partageait plus ou moins les idées des Résistants, il avait sauvé l’une des leurs, s’en était presque fait une amie (enfin… il avait encore du mal avec ce terme étrange dont il ne comprenait pas toutes les implications) et… il logeait plus ou moins chez eux. Mais il avait les valeurs, le mode de pensée, les connaissances et le passé d’un Partisan. Et ce n’était pas rien. Alors que, comme venait de le dire Nobody, ils ne tuaient pas de sang froid (en même temps, tuer quelqu’un déjà mort était difficile (oui, Léandre était fier de sa petite blague mais il savait aussi que ce n’était peut être pas forcément le moment de… oh zut ! Noob parlait, et il n’écoutait pas !)).//

-…ont emmené au réfectoire où s’ils t’ont apporté la nourriture, mais il se passe là-bas. Tobias place les tables comme la Table Ronde du roi Arthur !

// Léandre haussa un sourcil, interrogatif. Table Ronde ? Roi Arthur ? Qu’est ce qu’un roi exactement… qu’était-ce encore que cette histoire ? Il avait bien lu et abordé le terme de roi dans les nombreux livres qu’il venait de dévorer mais… il n’arrivait pas encore bien à en saisir le sens. Etait-ce quelqu’un comme Dorian ? Si c’était cela qu’être un roi, alors ce Tobias n’était qu’un imposteur et un hypocrite. Il ne visait qu’à prendre la place que Dorian occupait avec sagesse et humilité depuis… Stop. Il devait arrêter d’y penser. Mais… un mot appelait une phrase. Une phrase appelait une sentence qu’il avait du apprendre, réciter par cœur sans fautes pendant toutes ses années d’études, comme des automatismes, des maximes qui devaient le guider sur le chemin de civisme et de la… Dans un sens c’était horrible, puisqu’à présent, il commençait à se rendre compte qu’il ne devrait pas penser cela. Mais… c’était comme une sorte de désintoxication, sauf qu’il était drogué à ces sentences depuis son plus jeune âge et bloquer de tels automatismes, c’était comme s’empêcher d’ouvrir les yeux. Difficile voire impossible. Comment vouliez vous qu’il réussisse en un jour. Même un mois… alors une heure, Léandre n’y pensait même pas. Nobody se taisait et Léandre essaya de recentrer ses pensées sur la jeune fille. D’un petit hochement de tête, il invita Nobody à poursuivre, mais ne fut pas sûr qu’elle le vit. //

-Ils vont parler de ton… euh… cas. J’y ai été invitée, pour une fois. Ce sera à moitié genre tribunal.

// A moitié genre tribunal ? Qu’était ce que ce charabia incompréhensible. C’était un tribunal point final. Et il allait mourir, ou du moins être jugé coupable point final aussi. Mais jugé coupable de quoi ? D’avoir tué une petite vingtaine, au bas mot, de rebelles ? Il en poussait comme des lapins, ça ne devait pas être une perte terrible pour eux… Léandre se frappa mentalement. Mais que lui prenait-il ? Il n’avait pas intérêt à devoir se défendre tout seul, autant donner aux Résistants le couteau pour l’égorger (Léandre avait toujours eu un faible pour les armes blanches, allez savoir pourquoi), puisqu’il lui était difficile de retenir ses réflexions purement partisane. Alors que sa maîtrise de lui était complète généralement, il lui semblait qu’elle se fissurait de plus en plus souvent en présence de Noob, et il lui était même arrivé, il y a peu, de craquer en présence de Tobias. Ca avait d’ailleurs était un épisode fort désagréable, puisque faire une crise d’angoisse devant le chef de la Résistance qu’il avait tenté d’écraser… ce n’était guère glorieux. Et pour Léandre qui avait un sens de l’honneur que le mot de « développé » ne suffirait pas à décrire… c’était un drame. Mais ce n’était pas le moment d’y penser car, vu l’air énervé qu’il avait sur son visage, Nobody allait croire que c’était pour elle qu’il avait l’air particulièrement meurtrier. D’ailleurs, en parlant de la résistante… elle venait de lui poser une question. //

-Tu as pu sortir, un peu ?

// Léandre eut encore un sourire narquois qui adoucit un peu ses traits tirés par le souci et l’angoisse qu’il se faisait. Il était incapable de ne pas tenter de s’enfuir d’ici puisque l’appel de la liberté qu’il entendait dans son cœur, dans son âme, dans l’argent liquide qui coulait en lui, dans la moindre cellule de son corps qui avait grandi parmi ceux qui réprimaient plus ou moins la liberté de tous sous couvert de la leur offrir, était bien trop pressant. Il n’avait posé les pieds hors de sa cellule qu’une seule fois, aux côtés de Tobias, et il s’était étalé comme une crêpe lorsqu’un élémental eau avait recouvert le sol de glace. Bien sûr, il avait été renvoyé illico presto au fond de sa cellule manu militari. En y repensant, l’attitude des Résistants était déconcertante. Il ne savait jamais sur quel pied danser avec eux puisqu’il pouvait se comporter de n’importe quelle manière, il était toujours considéré pareil : comme un prisonnier, mais aussi comme leur égal. Sentant que Nobody avait besoin d’une réponse, Léandre plissa un peu les yeux, se leva lentement et rangeant tout aussi rapidement quelques livres qui traînaient, murmura en détachant bien les mots, comme s’il créait sa phrase avec une certaine dose de réflexion…//

-Hum… ils ont tenté, c’est… tout à leur honneur. Mais je suis incapable de ne pas… suivre mes instincts de prédateur. Et un prédateur ne supporte pas… d’être enfermé. Je me demandais d’ailleurs… comment… comment Tobias accepte t il de rester dans des souterrains. Un loup ne va pas vraiment sous terre, non ?

// Léandre savait que ses chances de survie étaient minimes, aussi avait il décidé, tant que rien n’était possible, de ne pas penser à ce… procès. Oui, il était au courant, Tobias l’en avait informé dans l’après midi, et oui il allait y aller. Et il savait aussi, s’il avait bien compris les sous entendus du chef de la Résistance qu’il admirait à moitié, qu’il n’allait pas forcément voter pour que Léandre vive… //

-Et toi, tu as pu… apprendre certaines choses ? Mon… arrivée, et la tienne, ne sont pas passées inaperçues je suppose, et votre « communauté », le ton de Léandre s’était un peu fait dédaigneux malgré ses efforts, n’est pas vraiment adapté… ah, et aussi…

// Léandre s’arrêta. Il y avait du bruit dans les couloirs. Par pur réflexe, un fin couteau grandit dans la paume de sa main jusqu’à atteindre la taille d’un poignard et Léandre déplaça son centre de gravité. Il ne s’en était pas aperçu, tous ses sens étant concentrés pour percevoir le moindre indice. Mais ce n’étaient que des Résistants qui passaient. Léandre recommença à respirer, calmement. Il ne s’était pas aperçu non plus que sa respiration s’était presque coupée pour devenir silencieuse. L’enseignement des assassins de Dorian était si bien fait qu’on les aurait cru formatés à la discrétion et au meurtre. C’était sidérant. Pire : inquiétant. Léandre se détendit un peu, mais les bruits de voix revinrent vers eux. En vérité, ils s'approchaient même de manière inquiétant. Et Léandre reconnut la voix grave et douce de Tobias. //

~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fraude immatérielle {Pv Léandre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fraude immatérielle {Pv Léandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Black War :: « Los Angeles :: &&. Souterrains :: « Camp des Résistants-