AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léandre Prince

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 09/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: Chess
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Mer 1 Déc - 22:37

Léandre enfonça davantage sa casquette sur son crâne. Depuis son retour parmi les Partisans, il subissait constamment des moqueries de la part de ses camarades. Bien loin du retour en fanfare qu'il avait espéré, il avait eu droit à un interrogatoire musclé, entendez par là assez douloureux, dont il gardait encore des cicatrices principalement sur le torse. De plus, il avait été enlevé des équipes "de nuit" pour une durée indéterminée. Histoire de voir avec le temps s'il était vraiment encore un Partisan serviable, servile et asservi, et n'était pas devenu un de ces Rebelles qui perturbaient le bon ordre des choses.

Léandre remonta ses lunettes de soleil. On lui avait coupé les cheveux pour le rendre moins reconnaissable. C'était limite si un Partisan ne l'avait pas défiguré. Mais Léandre ne regrettait aucuns de ses choix. De celui de se laisser faire prisonnier (c'était une question de survie) à celui de tuer le rebelle et de rejoindre la Tour. Il se plaçait dans le camps des vainqueurs; la confiance que Dorian lui accordait encore suffirait à lui permettre de reprendre sa place de Leader. D'ailleurs, s'il sortait aujourd'hui, c'était pour vérifier une information donnée par un espion, afin d'envoyer chez l'individu une équipe de nuit. Léandre travaillait seul, et cela ne le dérangeait pas vraiment. Il avait muri. Grandi. Et avait développé ses pouvoirs d'une manière incroyable durant ces dernières semaines.

Un fin sourire s'étira sur son visage alors qu'il faisait apparaître dans la paume de sa main gauche, ignorant le pincement de douleur qui allait en croissant, un poignard finement ciselé. Un instant après, il le glissa dans sa manche, un long filament argenté restant lié à la gouttelette métallique qui scintillait au creux de sa main. Tant qu'il existait un lien entre ce qu'il fabriquait et lui, un lien d'acier bien sur, il gardait un contrôler relatif sur son oeuvre. Ici, il s'entraînait à maintenir le poignard sur son bras sans se couper, l'objet bougeant au rythme de déplacement de son bras.

Léandre grimaça un instant alors que son poignard entaillait méchamment sa chair. Sa technique n'était pas au point.

Arrivé au point de rendez vous justement, Léandre s'adossa à un mur. Si leur contact était bon, il devrait apercevoir sous peu la cible sortir de sa maison et se glisser dans le parc. Le reste serait simple: la suivre et voir où elle se dirigeait. Léandre avait été formé pour la discretion, nocturne certes, mais la discretion tout de même. Et son professeur, Zain, était le meilleur.


Dernière édition par Léandre Prince le Jeu 30 Juin - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nobody R. Chacon
    Nobody is Perfect.
    My name is Nobody.

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 03/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: © Nemesis & Junebug
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Dim 12 Déc - 14:02

Nobody inspira profondément. Se glissa dans la cuisine. Son pas n’était que silence et elle… invisible, dans le sens propre du terme. Parce que quelqu’un aurait pu - avec beaucoup d’effort - déceler un bruit furtif, mais personne ne pouvait la voir elle.
Invisible.
Cela faisait un mois (j’invente hein) que Léandre était parvenu à s’échapper des souterrains; et aucun Partisan n’avait encore débarqué, ce qui était plus qu’étrange, mais qui satisfaisait entièrement Tobias… qui faisait les préparatifs de départ.
Les Rebelles allaient migrer. Loin de Los Angeles, réduisant soudain de beaucoup leur champ d’action. Il ne leur restait plus que quelques jours, à moins que Léandre soit tué avant; ou Dorian.
Mais en attendant, Nobody s’était proposée pour une mission dangereuse qui lui sortirait le Partisan, et ses envies de meurtre, de la tête.
La jeune femme inspira. Expira. Décela un mouvement dans l’obscurité. Partisan!

Sa mission était simple: débarquer ici sans se faire voir (facile) entrer dans la maison (facile), et tuer le Partisan (moins facile). Pour le huitième fois de sa vie, Nobody Chacon allait donner la mort. Cela ne l’enchantait pas spécialement; ne la révulsait pas non plus.
Cet homme était à la solde de Dorian, une machine à tuer, qui avait assassiné un des plus proches amis de Nob’. aussi était-ce un peu de la vengeance, cet acte, mais une vengeance calculée et qui servait à tout le monde.
La lumière s’alluma soudain, et un homme plutôt costaud entra dans la pièce. Et son regard tomba directement sur Nobody. Qui retint son souffle. Un sourire sadique apparut sur les lèvres de l’autre, un long poignard se glissa entre ses doigts de gorille.
Il se jeta sur elle.

Le cerveau de Nobody était en ébullition. Comment pouvait-il la voir, hein, comment? Son pouvoir n’était plus fluctuant, elle pouvait rester trois heures invisible sans que personne ne la décèle; alors pourquoi?
Le tueur éteignit à nouveau la lumière, et ses yeux brillèrent comme deux billes dans l’obscurité. La jeune femme comprit: vision infrarouge. Et il la privait de lumière alors que lui y voyait parfaitement. La Résistante jura entre ses dents, évita de peu la première lame. La deuxième s’enfonça dans son épaule, et les larmes lui montèrent aux yeux, sans qu’elle ne puisse les retenir.
Aïe.

Rendue furieuse par cette blessure qui n’aurait pas dû être, Nobody devint celle qui s’était entraînée pendant tout ce mois. Ses mouvements fluides, même avec la blessures, stoppèrent un instant le Partisan. La jeune femme saisit sa chance, et la gorge de l’homme.
Son sang se déversa sur le sol, et elle s’écarta en essuyant sa lame sur son pantalon. Tout ne s’était pas passé comme prévu, mais il fallait maintenant partir et retourner aux souterrains.
Bandant sommairement sa blessure qui la faisait grimacer, elle sortit de la maison après s’être assurée qu’elle ressemblait à quelqu’un de respectable. Excepté ses cheveux un peu en bataille qu’elle tenta d’aplatir du plat de la main, elle avait l’air normal.
Se concentrant pour ne pas hurler sa douleur, elle sortit à l’air libre, et se glissa dans le parc en face.

~~~~~~~~~~~~~
. . .

NOBODY BREAKS MY HEART. I'LL BREAK YOURS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-war.forumactif.ws
Léandre Prince

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 09/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: Chess
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Dim 12 Déc - 20:05

Léandre attendait depuis deux bonnes heures et son échauffement et entraînement n'avait à son goût servi à rien. Strictement rien. Il avait juste de multiples coupures plus ou moins profondes au bras droit mais de cela, il s'en fichait. Alors qu'il allait tout de même bander son bras, histoire de ne pas se vider bêtement de son sang, il entrevit un mouvement à la porte de la maison qu'il surveillait. Le Rebelle sortait de sa tanière.

Léandre eut un sourire narquois en voyant sortir l'individu. Les Rebelles ne valaient strictement rien en discretion. Son sourire disparut cependant bien vite, lorsqu'il reconnut sa cible. Nobody. Maintenant, Léandre n'avait plus aucuns doutes: quelqu'un, là-haut, souhaitait sa mort. A chaque sortie, il l'a voyait. Et si elle le voyait, il était grillé. Elle allait le reconnaître à coup sûr et fuir. La poisse.


Léandre la vit entrer dans le parc qui était relativement grand et là, seulement, il lui emboîta le pas. L'Agent de Dorian allongea sa démarche, enfonça davantage sa casquette et sortit une cigarette pour compléter le tableau. Pour modifier totalement son apparence, il rentra la tête dans les épaules, mit ses mains dans les poches de son jean et tira un livre de sciences de son sac. Anatomie Générale des Vertébrés. Passionnant. Le plan de Léandre aurait pu être parfait s'il n'avait pas eu le bras blessé et encore des plaies au torse. De plus, sa côte felée par un coup mal placé de celui qui l'interrogeait l'empêchait de respirer normalement.
Léandre du reprendre sa démarche et ranger son livre. La poisse.

Au bout d'une dizaine de mètres de filature, alors qu'il se rapprochait de plus en plus de sa cible, Léandre gardait les yeux fixés sur les cheveux mi-long de Nobody. Un groupe d'étudiants arrivait à sa droite et il accéléra pour ne pas perdre la Rebelle de vue. Et pour la troisième fois, la poisse intervint.

Un gosse à vélo le percuta de plein fouet et Léandre laissa échapper, à portée d'oreilles de Nobody:

Aïe mais Me*de. Oh, 'tain.

Léandre jurait rarement mais là, c'en était trop. Sa respiration, de délicate passa à difficile et une tache foncée se forma sur son bras droit. Léandre poussa le gosse qui se confondait en excuses et, regardant ceux qui s'étaient arrêtés, s'exclama:

Y'a rien à voir, compris. Vous voulez que les Agents interviennent ?


Léandre s'affirmait peut être comme Partisan mais il était d'une humeur de cochon. Zain lui avait souvent dit que son irritabilité était d'un de ses plus gros défauts. Léandre continua de jurer pendant que les autres se séparaient en petits groupes. Il ré-enfonça sa casquette sur son crâne avant de s'apercevoir que c'était la troisième fois. Un geste que l'on répétait inconsciemment dans un intervalle de temps très court relevé du tic physique lui avait on souvent répété. Or, un tic est repérable par quelqu'un d'extérieur alors que celui qui l'a ne le sait pas.
La poisse.

Léandre chercha des yeux Nobody mais en la vit nulle part. Invisibilité bien sur. Elle devait être loin à l'heure qu'il était. Léandre soupira, las. Il était en train de perdre toutes ses chances de survie. Génial. S'il revenait à la base bredouille, il était mal. Léandre s'adossa contre un arbre, proche de l'allée centrale.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nobody R. Chacon
    Nobody is Perfect.
    My name is Nobody.

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 03/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: © Nemesis & Junebug
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Ven 14 Jan - 14:35

Nobody retint son souffle en entendant une voix bien connue, et fit volte face. Des gamins se faisaient apostropher par une silhouette difficilement reconnaissable; mais la voix, elle, ne laissait pas de place au moindre doute. La jeune femme devint instantanément invisible, oubliant même de respirer, la main posée sur son épaule blessée.
Le souffle légèrement heurté, elle s’éloigna de quelques pas, pressée de retourner à la base, avant de se figer. Partir, et laisser quelqu’un susceptible de dévoiler la cache secrète des Rebelles? Mauvaise idée. Elle tourna les talons à nouveau, et remarqua le Partisan adossé à l’arbre.
La prochaine fois elle penserait à prendre des menottes.

Plongeant sa main valide dans sa poche, elle en sortit un petit appareil bien pratique. Téléphone sans fil, une simple oreillette, ce qui permettait généralement de discuter à distance en ayant les mains libres… ou à faire semblant de parler au téléphone en ayant les mains libres tout en dialoguant avec une personne invisible.
Nobody le glissa entre les doigts de Léandre.

- Tu as parlé de nous à quelqu’un?

Toujours invisible, elle chuchotait pour que seul lui l’entende; et se déplaça silencieusement et furtivement pour qu’il ne tente pas un coup en traître. Le tuer la répugnait; mais s’il le fallait elle le ferait. Ses doigts serrèrent convulsivement un bracelet de Pouvoir au fond de sa poche. Elle n’hésiterait pas à s’en servir, mais ce serait tout de même dommage.
Le ton de la jeune femme se fit méprisant.

- Est-ce que tu as raconté à celui qui te considère juste comme un simple chien obéissant où nous étions cachés?

Et elle se déplaça à nouveau. Tendue, le bandage rapide qu’elle avait apposé sur son épaule s’humidifiait rapidement de sang. Trop rapidement. Elle aurait déjà dû bénéficier de points de suture où des mains magiques de Lil.
À trop perdre de sang, elle pouvait faire une septicémie, ou bien tout simplement s’évanouir et donc redevenir visible, être trop faible pour faire n’importe quoi et…
Nob’ secoua la tête. Elle rentrerait à temps, après tout ce n’était qu’une blessure à l’épaule.
Une goutte de sang glissa sur son bras et s’écrasa au sol.


~~~~~~~~~~~~~
. . .

NOBODY BREAKS MY HEART. I'LL BREAK YOURS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-war.forumactif.ws
Léandre Prince

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 09/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: Chess
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Ven 14 Jan - 19:16

Léandre sentait dans son dos l'écorce rugueuse de l'arbre contre lequel il était appuyé. Il se demandait encore ce qu'il allait faire lorsqu'une main invisible glissa dans sa sienne un appareil. Un téléphone portable équipé d'une oreillette. Léandre comprit immédiatement que Nobody était toujours là et se demanda une fraction de seconde pourquoi. Un fin sourire s'étira sur ses lèvres alors qu'il mettait l'oreillette dans son oreille, simulant un appel de quelqu'un. Nobody ne perdit pas de temps à tourner autour du pot.

- Tu as parlé de nous à quelqu’un?

Léandre ne répondit pas, espérant localiser la jeune fille invisible et surement immatérielle. Malheureusement son ouïe n'était pas suffisamment fine pour cela et il lui semblait que la Rebelle se déplaçait pour être moins repérable. Comme il tardait à répondre, le ton de Nobody se fit plus méprisant et Léandre, dont la patience était bien entamée ses derniers temps, répliqua, les dents serrées:

A ton avis, Rebelle ? Pourquoi votre précieux QG n'est il pas encore massacré ?

Sa voix laissait transparaître son agacement. Il était indécis quant à sa position dans la Guerre, puisque c'en était une, entre les Rebelles et l'Autorité. Pour rien au monde il n'avouerait que les arguments et les révélations des rebelles l'avaient frappés en plein coeur, mais il aimait la sécurité que lui apportait les rangs de Dorian. Il voulait être dans le camp qui allait gagner, c'était simple. Et délicat. Car ce n'était plus aussi sûr que les Rebelles perdent.

Le regard de l'Agent de Dorian se fixa sur le sol, attiré par un éclat rouge sombre. Du sang. Léandre fixa un point qu'il pensa situer au niveau de la tête de Nobody, d'après ses souvenirs elle n'était pas bien grande. Dans un murmure au travers duquel il était dur de transmettre une certaine froideur, Léandre lança:

Je sais ou tu es Kayla, et toi tu peux me tuer d'un mouvement sans que je puisse parer le coup. Tu es blessée, je le suis aussi. Nous ne pouvons rien faire l'un contre l'autre. J'imagine que tu vas partir dès que tu auras récupéré le portable qui doit contenir une bonne dose d'informations. Maintenant dis moi: si on se rencontre à nouveau, qu'allons nous faire ?

Léandre ne savait plus grand chose mais s'il était sûr de quelque chose, c'était bien qu'il n'était pas près de faire réellement du mal à Nobody. Tout simplement parce que c'était une des rares personnes avec qui il avait eu une discussion "normale" un jour. Lorsqu'il n'était que Lin et elle Kayla. Lorsqu'ils soupçonnaient tout deux beaucoup de choses sur l'autre mais qu'ils préféraient se taire de peur que ça dégénère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nobody R. Chacon
    Nobody is Perfect.
    My name is Nobody.

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 03/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: © Nemesis & Junebug
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Ven 14 Jan - 19:42

Nobody relâcha sa respiration, et admit silencieusement que le jeune homme marquait un point. Oui, elle était blessée et… lui aussi? Et la question qu’il soulevait était délicate. Elle ne se sentait pas capable de le tuer; bizarrement elle croyait encore qu’il était capable de regarder la vérité en face et de changer de camp. Remarquant qu’il fixait exactement à l’endroit où elle était, la Rebelle se décala à nouveau, frustrée, les doigts posés sur son épaule, tentant de presser le trop fin bandage. Toujours en chuchotant, elle répondit, sincère:

- Je l’ignore. Cela dépendra du nombre de personnes autour de nous. Et cela dépendra dans quel camp tu te trouveras à ce moment là…

Nobody réfléchit. La règle d’or des Résistants étaient d’accepter n’importe qui dans leurs rangs; du temps qu’ils avaient une dent contre McFersen et l’envie de vivre. Léandre avait de quoi avoir une dent contre le tyran de la Tour. Mais, même s’il se décidait à la suivre, Tobias l’accepterait-il? Bon, déjà, il fallait que Léandre ne croie pas tout ce que disait McFersen. Savait-il pourquoi il se battait? D’ailleurs, pourquoi les Partisans étaient là, pour un désir d’assouvir une soif de pouvoir, pour montrer sa force? Où était passé leur idéal de liberté?

- Pourquoi te bats-tu aujourd’hui?

C’était une question simple à laquelle n’importe quel Rebelle pouvait répondre haut et fort, la tête haute et le regard pétillant de fierté. Ils se battaient pour la liberté, pour l’honneur, pour arrêter d’être soumis comme des esclaves; pour cesser la tyrannie. Parce qu’être un mouton bien élevé n’était pas leur tasse de thé. Ce n’était pas parce qu’un idiot avait été le premier à se découvrir des ailes que d’autres ne savaient pas voler.

Nobody chancela légèrement. Le sang coulait allègrement sur son bras, trempant sa tunique. Elle n’était plus présentable désormais. L’idée de se rendre visible était à bannir. Mais rester invisible plus longtemps zappait ses forces, les forces qu’elle devait garder pour rester debout et retourner à la base.
Résister juste encore un peu.
Résister, c’Est-ce qu’elle savait faire de mieux, non?


~~~~~~~~~~~~~
. . .

NOBODY BREAKS MY HEART. I'LL BREAK YOURS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-war.forumactif.ws
Léandre Prince

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 09/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: Chess
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Ven 14 Jan - 20:30

Amarel entendant un froissement à sa gauche et devina qu'elle s'était déplacée. Mais la question a présent était: devant, derrière, à droite, à gauche ? En clair et succinct, il ne pouvait plus la localiser. Retenant son souffle, il écouta ce qu'elle avait à dire, faisant tourner le portable dans ses doigts comme un poignard.

D'un mouvement d'épaule, il fit tomber son sac et le récupéra de sa main droite. Il rangea le portable dans sa poche et, se souvenant que Nobody était invisible, sûrement prête à le tuer, et avec une blessure dont il ignorait la gravité, il s'empressa de s'expliquer:

Je sors juste un sweat. Pas de pistolet, pas de poignard.

Il ne voulait pas que quelqu'un remarque la tâche de sang formée sur son avant bras et préférait prévenir que guérir en enfilant un vêtement long et épais. Et puis, changer son apparence vestimentaire ne lui semblait pas une si mauvaise idée. S'il devait suivre Nobody pour se faire tuer, autant que le tueur ne le trouve plus. Fermant son sac d'un coup sec, il le fit tomber à ses pieds et enfila le sweat, avant de s'apercevoir de la stupidité de son action. Nobody aurait pu frapper à n'importe quel moment quand il avait les bras prisonniers du vêtement. Mais Nobody ne l'avait pas attaqué et cet instant de vulnérabilité était passé. Un groupe de jeunes partisans pénétra à cet instant dans le parc, marchant avec animation. Léandre eut un rictus narquois. Murmurant pour lui même et (peut être) pour Nobody, il souffla:

Ils ont quel âge ses blanc-becs ? 15 ans ? Qu'ils se frottent à de vrais Partisans et des Rebelles, qu'on voit ce qu'il en ressort.

L'Agent réenfonça sa casquette et remonta ses verres teintés. Il aurait aimé regarder Chacon dans les yeux mais elle demeurait invisible et hors de porté. Bien qu'il n'y paraisse rien, la question qu'elle lui avait posé tourbillonnait dans sa tête, obstruant le passage à toute réflexion. Pour quoi se battait il ? Pour quoi et pourquoi. Au bout d'un temps de réflexion, Léandre se surprit à répondre:

A dire vrai je n'en sais trop rien. Pour survivre peut être. Avant la vengeance poussait chacun de mes pas, mais à présent... On peut dire que je continue mécaniquement en attendant de trouver une raison à ce que je fais.

Tout en parlant, Léandre fouillait le Parc des yeux à la recherche d'un indice lui indiquant la position de Nobody. La dernière fois qu'il l'avait rencontrée, elle avait encore des difficultés à se maintenir invisible. Or, elle était blessée aujourd'hui et cela fait bien dix minutes qu'elle utilisait son don. Si les calculs de l'Agent étaient bon, elle allait réapparaître, avec des habits sûrement maculés de sang, d'une minute à l'autre. Se détachant de l'arbre, Léandre murmura, triturant nerveusement le téléphone portable.

Des blanc-becs peut être, mais s'ils te voient réapparaître avec je ne sais quelle partie du corps blessée, je ne suis pas sûr qu'ils te laisseront partir gentiment. Allons discuter autre part.

Même si Léandre était encore au service de Dorian, son camps n'était pas clair et Nobody risquait de ne pas lui faire confiance. Mais l'Agent s'en fichait éperdument. Il essayait de survivre dans un monde de fous et de surdoués, tout en sauvant la seule qui l'ait, un jour, traité comme quelqu'un de normal. Le seul repère stable que Léandre avait eu depuis la mort de ses parents étaient Zain qui était tout sauf normal, alors pour une fois qu'il avait quelque chose comme une... amie.... Amie ? Etrange mot pour désigner quelqu'un qui risquait de vous tuer d'un moment à l'autre et qu'un jour, plus ou moins lointain, vous devrez peut être torturer...

Léandre n'avait pas atteint les pelouses qu'un des jeunes blanc-becs l'interpella:

Eh Mec ! L'est sympa ton portable ! Tu nous l'passes ?

L'Agent s'immobilisa pour ne pas heurter le grand baraqué qui était au travers de sa route. Enlevant lentement son oreillette, il jaugea ses adversaires: ils étaient sept. Deux étaient bâtis comme des armoires à glace, trois étaient de taille respectable mais semblaient décidés à le convaincre de leur donner son portable et les deux derniers, malingres et chétifs semblaient être les cerveaux du petit groupe. Léandre s'estimait perdant en cas de lutte physique, aussi se contenta t il de reculer d'un pas et de sortir de sa poche une carte grise, des plus banales mais reconnaisable entre mille. Les jeunes blanchirent et le groupe éclata, se confondant en excuse. Léandre eut un sourire narquois, remit l'oreillette et... se demanda si Nobody était toujours là.

Kayla ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nobody R. Chacon
    Nobody is Perfect.
    My name is Nobody.

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 03/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: © Nemesis & Junebug
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Sam 15 Jan - 21:12

Nobody regarda le groupe d’adolescents à son tour. Léandre semblait moqueur de les voir se proclamer Partisans, elle, elle ne ressentait que de la pitié pour ces gosses sans cervelle. Mais bon. On ne refait pas le monde d’un claquement de doigts.
Néanmoins, un sourire invisible se dessina sur ses lèvres lorsqu’il répondit à sa question. Un sourire qui s’effaça bien vite lorsque des étoiles noires apparurent devant ses yeux, signifiant clairement qu’il fallait qu’elle cesse d’utiliser son pouvoir; et pas plus tard que tout de suite.

Et étrangement, Léandre lui offrit une porte de sortie. L’amener dans un coin, pour finir par l’égorger? Peut-être. Mais si elle ne réapparaissait pas maintenant, c’en était fini d’elle et de sa bravoure à deux dollars cinquante. Elle lui emboîta difficilement le pas, le cœur battant à tout rompre lorsque les gamins interpellèrent le Partisan; et reprenant un rythme normal face à l’air détaché de Léandre. Lorsqu’il l’appela, elle tressaillit et grommela:

- Nobody, je m’appelle Nobody bon sang. C’est pas dur à retenir.

Kayla. Un prénom enfoui sous une tonne de rancœur, et que seule sa sœur parvenait à utiliser sans qu’elle n’use de ses poings. Sa sœur et Léandre, vu qu’elle n’était point en état de se battre là maintenant. Ce prénom faisait partie de son passé de fugitive; de son passé avec ses parents et son frère. Ses parents morts, son frère traître, en fuite avec sa sœur, Kayla Chacon avait abandonné son prénom derrière elle; sans un regard en arrière. Mais Edelweiss était là pour lui rappeler qu’elle était d’abord la fille de leurs parents avant d’être une Rebelle… un rappel inutile.

Une sueur froide coulant le long de sa nuque, la jeune femme poussa Léandre dans le dos. D’une manière plutôt douce comparé à ses actes dernièrement. Elle le guida jusqu’à une ruelle, vérifia qu’elle était suffisamment sombre, et se rendit à nouveau visible.

La main posée sur l’épaule, une main tentant vainement d’épancher le sang qui en découlait, le teint pâle et les cheveux ébouriffés, Nobody ressemblait presque à un cadavre ambulant. Le cadavre remua vaguement pour aller s’adosser au mur avant de se laisser glisser à terre.

- Tu ne te bats même pas pour un idéal. Comment peux-tu rester aux côtés de cet homme alors que tu sais désormais la vérité sur ton passé?

Nobody reprit son souffle. Dissimula une grimace de douleur.

- Tu ne crois pas que la liberté et l’honneur sont deux choses pour laquelle il est bon de se battre?

Chaque Résistant était prêt à donner sa vie pour ses deux raisons aussi vastes que bonnes.
En parlant de raisons… pourquoi était-elle toujours ici? Il fallait qu’elle rentre. Maintenant. Le plus vite possible avant de s’évanouir. Pourquoi était-elle dans cette fichue ruelle, hein, pour discuter avec un Partisan? Ridicule. Pour le convaincre de venir avec elle, de renier McFersen? Avait-elle seulement une chance de réussir?


~~~~~~~~~~~~~
. . .

NOBODY BREAKS MY HEART. I'LL BREAK YOURS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-war.forumactif.ws
Léandre Prince

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 09/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: Chess
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Dim 16 Jan - 9:53

Dire que Léandre était aussi convaincu du bien fondé de son action qu'un mois plus tôt était un mensonge. Un affreux mensonge qui avait pourtant une étincelle de vérité, quelque part. Léandre n'avait plus aucun point de repère, et le salut qu'il attendait de la part de Dorian tardait beaucoup trop à son avis. Mais il ne pouvait retourner sa veste un nombre incalculable de fois car, au bout d'un moment, aucun des deux camps ne lui ferait confiance. Et inutile de préciser que si la Tour ne lui faisait plus confiance, elle le ferait disparaître. Rapidement et efficacement.

L'Agent de Dorian darda son regard dans celui de Nobody. Elle l'avait guidé jusqu'à cette ruelle et il lui avait fait suffisamment confiance pour que ce ne soit pas un guet-apen. Puis elle avait cessé d'être invisible, confirmant ce que Léandre pensait sur sa capacité à maîtriser son don. Prince s'agenouilla auprès de Nobody et sortit de son sac un bandage propre. Décalant avec douceur la main crispée de la jeune fille, il entreprit de fait un bandage sommaire pour arrêter l'écoulement de sang. Il reconnut dans l'entaille profonde et faite tuer à petit feu et douloureusement, l'oeuvre d'un de ses camarades d'entraînement. Un crétin, grand, moche et méchant qui ne savait pas réfléchir par lui même mais qui avait l'avantage de voir les infra rouges. Léandre fronça les sourcils tout en serrant d'une main... de débutant, le bandage. Il ne devait pas avoir de Partisan dans cette demeure. Il devait juste en sortir un Résistant. Soudain, tout s'éclaira.

Red t'a sacrément bien amoché. Je suppose que tu es tombée dans un piège, tout comme moi. On cherche à m'éliminer de la manière la plus... cruelle qu'il soit. Je suppose qu'une source sûre t'a dis qu'il y avait un Partisan. Quant à moi, je devais attendre, bien sagement une Rebelle, et la suivre.

Léandre contempla son oeuvre (un amas de tissu qui maintenait le bras blessé de Nobody et devait, vu l'épaisseur, ralentir le flux de sang qui s'écoulait) pour se leva. Avec gentillesse, il lui tendit une main secourable pour l'aider à se relever. Toujours à voix basse, il poursuivit:

Tiens, reprends ton portable. Ce serait bête qu'il tombe dans les mains d'un Partisan qui irait le ramener à Zain. Ou Dorian. Et tu te trompes. Je me bats pour un idéal. Ma vie. Et je te fais remarquer qu'elle m'est plus précieuse qu'une quelconque liberté qui consisterait à rester planqué dans une ville souterraine en tremblant à l'idée qu'on me découvre.

Léandre donna à Nobody le portable et l'oreillette. Non, il ne trahissait pas Dorian. Il faisait juste preuve de clémence, comme on lui avait dit de le faire lorsqu'il pensait que c'était juste. De beaux principes bien trop peu respectés dans les rangs de Dorian. L'Agent enfonça une nouvelle fois sa casquette sur la tête, remonta ses lunettes avec son index, ferma le poing et se concentra.

S'il pouvait fabriquer une myriade d'armes de jet ou de poing en un soupir, imaginer puis créer des oeuvres d'art lui était beaucoup moins instinctif. A dire vrai, il n'avait pas appris. Après quelques longues secondes cependant, il ouvrit la main, paume face au ciel, et laissa partir l'argent qui coulait dans son corps. La gouttelette qui brillait dans sa paume s'agrandit dans un pincement douloureux et une rose finement ciselée s'épanouit doucement, la précision du chef d'oeuvre allant jusqu'à petites épines qui paraient la tige métallique. Léandre, coupa le lien qui reliait la rose à sa main et l'y mit à plat. Puis la tendit à Nobody.

Tout le monde n'a pas le courage de s'élever contre ses parents Kayla. Zain est comme un oncle pour moi, et Dorian comme un père. Même s'il a fait tuer mes parents, il m'a recueilli et je ne peux pas l'abandonner comme ça. Tu me comprends ?

Léandre doutait qu'elle le comprenne mais il n'avait pu s'empêcher de chercher à s'expliquer. Le pire, c'était que c'était aussi simple que ça, et il venait de le comprendre. Dorian faisait office de figure paternelle pour lui et il ne voulait se résoudre à aller contre cette autorité. Et Zain... Il savait que son ancien professeur n'hésiterait pas une seconde à le tuer mais il ne pouvait pas se détourner ainsi de celui qu'il considérait comme un oncle.


Dernière édition par Léandre Prince le Mer 19 Jan - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nobody R. Chacon
    Nobody is Perfect.
    My name is Nobody.

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 03/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: © Nemesis & Junebug
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Dim 16 Jan - 15:18

Nobody s’était laissée soigner, d’abord avec méfiance, puis avait laissé Léandre faire. Comment pouvait-il reconnaître l’auteur de cette blessure juste en la regardant ?
Elle n’apprécia pas les termes du Partisan pour parler des Rebelles, les faisant passer en une simple phrase pour des lâches peureux, incapables de se battre. Ils se battaient. De toute leur âme. Ils désiraient la liberté et faisaient tout pour l’obtenir ; et l’obtiendraient. Mais elle ne releva pas et récupéra le téléphone mains libres.
Elle allait parler, remercier, mais son regard se fixa sur les mains de Léandre. Un instant son rythme cardiaque s’affola en remarquant qu’il usait de son pouvoir, puis revint à la normale ; sa position n’était pas une position de combat, son ton n’était pas agressif, et de toute manière il semblait l’apprécier. La tuer serait inutile, pas vrai ? aussi la jeune femme ne bougea pas d’un millimètre. Excepté lorsqu’elle tressaillit quand il lui tendit la rose d’argent qu’il venait de fabriquer. La Rebelle releva les yeux vers lui, indécise, et préféra répondre à ses paroles avant de se préoccuper de ce… présent ?

- Je respecte ton choix.

Elle respectait, en effet, mais non, ne comprenait pas. Johan avait été son frère de sang, son véritable frère, et bien qu’il ne l’ait jamais aimée, il y avait toujours ce lien familial entre eux ; pourtant, il avait trahi ses propres parents, sa propre famille pour devenir un Partisan. Et n’avait visiblement pas hésité. Pourquoi Léandre était-il incapable d’abandonner le meurtrier de sa famille biologique ?
Nobody poussa un soupir, et baissa à nouveau le regard vers la fleur d’argent. Elle n’osait même pas y toucher ; l’objet était représenté dans les moindres détails.

- Cela ne va pas te faire mal si ce que tu fabriques est éloigné de toi ?

La jeune femme n’avait jamais eu connaissance d’un don tel que celui de Léandre ; elle savait juste ce qu’elle apprenait au fur et à mesure sur lui. Les bracelets anti pouvoir fonctionnaient de façon étrange avec le Partisan, comme elle avait pu le remarquer ; il souffrait d’une manière supérieure à la normale. Et elle se rappelait son état lorsqu’elle avait simplement récupéré un de ses poignards. Alors qu’il lui offre ceci, et qu’elle s’éloigne autant avec, cela n’allait-il pas le tuer ?

- En tout cas… je… hum. Merci.

Elle désigna d’un air maladroit son épaule, mais ce merci signifiait plus que ça. Elle ne saurait vraiment l’expliquer. Gênée, elle resta plantée là, sachant que l’heure du départ avait sonné. Il fallait qu’elle rentre, maintenant. Mais comment allait-il se débrouiller, lui, en retournant à la Tour les mains vides ?


~~~~~~~~~~~~~
. . .

NOBODY BREAKS MY HEART. I'LL BREAK YOURS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-war.forumactif.ws
Léandre Prince

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 09/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: Chess
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Mer 19 Jan - 13:44

Léandre eut un petit sourire en voyant que Nobody s'inquiétait pour lui. Dans un sens, elle n'avait pas tort puisque Léandre détestait donné ou même confier une de ses productions à quelqu'un. Il n'aimait pas l'idée de se séparer volontairement d'une part de lui et la détresse qu'il avait ressenti, la nuit où il avait été emmené par les Partisans, lui faisait froid dans le dos. Certes, tout pouvoir avait des désavantages, mais Léandre se serait bien passé de celui là. Toutefois, si elle comprenait l'attachement qu'il avait pour tout fruit de son pouvoir, elle devait aussi percevoir l'importance du don qu'il venait de lui faire. Et peut être même avait elle saisi le fait qu'il était neutre. Neutre encore un peu dans le camp de Dorian mais neutre tout de même. Il savait pertinemment que rentrer maintenant à la Tour reviendrait à signer son arrêt de mort, ou, très exactement, à risquer davantage sa vie que bien des Rebelles.

Mais Léandre était curieux. Et se savait doué, infiniment plus doué que bien des Partisans qui ne souhaitaient que le pouvoir. Il avait encore pour lui le fait qu'il s'était engagé pour venger ses parents et par pure conviction, alors que nombreux étaient ceux qui cherchaient du profil. Lui, il voulait vivre. Léandre fouilla un instant dans son sac à la recherche de quelque chose à donner à Kayla pour qu'elle retrouve des forces. Il n'avait strictement rien d'autre qu'une barre de céréales, goût chocolat et noix de coco. D'un geste sur, il l'envoya à Nobody tout en lançant, d'une voix atone:

Tu vas arriver à rentrer toute seule ou tu veux que j'appelle quelqu'un ? Désolé, j'aurai bien aimé t'aider davantage mais... comment dire... ma vie est en jeu. Mais ne t'inquiète pas pour moi, j'ai été formé pour survivre et c'est mon principal but alors, je vais m'en sortir. Evitez juste de vous promener dans le Nord de la ville.

Léandre livrait à Kayla ce qu'il allait dire à ses supérieurs une fois sa mission achevée. Certes, il aurait du mourir et donc il n'allait pas forcément être reçu les bras ouverts, mais tant qu'il rapportait des informations, on n'allait pas oser le faire abattre de sang froid. Pas dans la Tour. Et puis, Léandre avait confiance en Dorian. C'était juste le système qui était gangrené, le système mais pas le coeur. Et Léandre était ce coeur, avec Dorian, Zain et les autres têtes de service. Il avait confiance et jusqu'à ce qu'on lui donne une preuve du contraire, il avait eu raison de faire confiance.

Kayla, je te dis au revoir en espérant te dire adieu. Je n'ai strictement aucune idée de ce qu'il adviendrait si on se recroisait alors... évitons les rencontres.

Léandre recula vers l'extérieur de la ruelle, salua d'un geste de la main la Rebelle et émergea dans LA qu'il avait eu l'impression de quitter un peu plus tôt. Dans la poche de son pantalon, il tâta un petit objet qu'il reconnut en un instant. Un émetteur. Un émetteur qu'il avait volé aux Rebelles avant de fuir. Il s'était dit que si un jour, il avait besoin d'aide, ce petit instrument pourrait lui être utile pour faire venir des renforts. Haussant les épaules, fort de sa décision de faire confiance à Dorian, il enclencha l'émetteur sur la balise S.O.S et le lança dans la ruelle dans laquelle se trouvait Kayla. Au pire, elle pouvait toujours le désactiver.

~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nobody R. Chacon
    Nobody is Perfect.
    My name is Nobody.

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 03/06/2010

▬ Enfer Personnel ▬
© Crédit: © Nemesis & Junebug
Citation:
Marque: Φ Physiologique

MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   Mer 19 Jan - 15:39

Les doigts de Nobody se resserrèrent sur la fleur d’argent, et elle attrapa la barre chocolatée au vol. Elle refusa d’un signe de tête qu’il appelle quelqu’un, se sentant brusquement piquée dans son honneur, et haussa les épaules (s’arrachant à elle-même une grimace de douleur) lorsqu’il lui dit le mot « adieu ». Avec un drôle de regret. Adieu? Moui. Mnon. Elle n’avait pas spécialement envie de ne plus jamais le revoir, mais au moins, c’était la première rencontre où ils ne s’étaient pas tapés dessus.
Elle le regarda s’éloigner, et se détourna. Elle n’avait jamais aimé les au revoir, et encore moins l’adieu qu’il espérait. Glissant la barre chocolatée dans sa poche, elle regarda un bref instant la rose d’argent. Touchée par ce cadeau qui devait lui coûter.

- Je m’appelle Nobody, murmura-t-elle dans le vide.

Le jour où il cessera de l’appeler Kayla - si jamais ils se revoyaient - serait un jour à marquer d’une pierre blanche. Poussant un soupir, la jeune femme glissa son cadeau dans son sac en bandoulière, et remarqua l’émetteur, à terre. Reconnaissant un de ceux des Rebelles, elle l’écrasa du talon avec un grognement. Elle était Nobody Chacon, bon sang de bon sang, elle rentrait à la base quand elle voulait!
Ou pas.

Soudain elle ne fut plus seule dans la ruelle; elle le sentit avant de le voir. Et cette présence était loin d’être amicale comme celle qui venait de la quitter. La petite pointe de flèche qui se ficha dans son cou le prouva. Surprise, la Résistante lâcha un « Merde! » retentissant avant de jeter son sac dans les égouts. Partisans. S’ils trouvaient la rose d’argent, les secondes de Léandre étaient comptées.

Les idées s’embrouillèrent dans la tête de Nobody, et elle tituba, comme ivre. Des ombres se profilèrent, et elle se demanda brièvement comment ils l’avaient trouvées. Léandre ne l’avait pas dénoncée, ce n’était pas possible, il n’en aurait pas eu le temps. Elle supplia elle ne savait qui, que ces Partisans ne l’aient pas vu partir de la ruelle.
Ses genoux cédant sous elle, la jeune femme sentit les menottes claquer sinistrement à ses poignets et un courant d’air froid la traversa. Elle s’écroula, rattrapée par des bras puissants et inconnus. Avant de sombrer dans l’inconscience, elle hurla silencieusement.

(désolée j’avais envie XD)


~~~~~~~~~~~~~
. . .

NOBODY BREAKS MY HEART. I'LL BREAK YOURS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-war.forumactif.ws
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] Retourner sa veste, c'est un art que l'on maîtrise très bien lorsque sa vie en dépend... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Black War :: « Los Angeles :: &&. Rues-